Elever des poules en ville.

Elever des poules en ville.

1 février 2016 Non Par Morel A.

A l’instar des rats de la Fable, existera-t-il des poules des villes et des poules des champs.

Depuis quelques années, la nouvelle conscience écologique individuelle fait naître un bon nombre d’initiatives pour assainir l’atmosphère (lire notre essai de la voiture électrique : http://www.esthetiquehomme.com/renault-zoe/). Petit à petit un air de campagne commence à souffler au sein des milieux urbains et certains jardins prennent une allure de basse-cour. C’est ainsi que la poule fait une arrivée fracassante en agglomération avec sur son CV un grand nombre de qualité.

Tout d’abord il y en a pour tous les gouts ! Des petites, des grosses, des grises, des noires, des rousses, des blanches, des pondeuses, des ornementales, … Difficile de ne pas trouver sa perle rare avec tant de variétés.

Ensuite d’un point de vue plus pratique, la poule se propose naturellement de devenir votre usine BIO personnelle de retraitement des déchets alimentaires. Il faut dire qu’elle est assez goulue, voir goinfre, et qu’elle picore presque tout ce qui passe sous son bec. Attention tout de même à lui fournir sa dose quotidienne de bon grain. La poule devient donc notre meilleur allié pour combattre le réchauffement de la planète.

Et enfin, cerise sur le gâteau, si vous lui offrez le gîte dans un beau poulailler la poule vous offrira le couvert. Et c’est principalement pour cela qu’on l’aime. En fonction de la race choisie vous pourrez bénéficier de presqu’un œuf BIO par jour (lire nos conseils de nutrition http://www.esthetiquehomme.com/pourquoi-manger-cru/), beaucoup plus que la consommation nécessaire. Cela vous donnera l’occasion d’en proposer à vos voisins et ainsi garantir la paix sociale du quartier.

Capture.PNG1

Alors en ville c’est possible ?

De toute évidence pour élever des poules, deux au minimum sinon bonjour la déprime, il vous faudra un jardin. Le volatile, même s’il n’est pas farouche, ne pourra pas partager votre intérieur. La meilleure des raisons est que l’animal est incontinent, et avec un processus digestif extra-court c’est une véritable usine à fumier.
Pour les rendre heureuses, il vous faut obligatoirement un poulailler. De nombreux modèles existent sur le marché, avec des couleurs et des formes parfois très imaginatives. Choisissez-en un avec des pondoirs pour leur permettre de faire leurs œufs au bon endroit.
Ensuite, sauf si vous avez décidé de transformer votre jardin en champ de pommes de terre, vous devrez construire un petit enclos d’une dizaine de mètres carré au minimum. En effet, comme dit plus haut, la poule picore tout ce qu’elle trouve. Elle ne fera pas de différence entre les mauvaises herbes et les belles plantes. Mieux vaut lui réserver son endroit à elle et lui apporter ce qu’il faut pour satisfaire sa curiosité.
N’oubliez pas enfin que, comme tout animal, il faudra s’en occuper quasi quotidiennement pour le coté alimentaire et au minimum une fois par semaine pour le coté hygiénique, avec un nettoyage de l’enclos et du poulailler.

Alors si vous êtes prêts à investir en temps et en effort n’hésitez pas, c’est un animal sociable qui enchantera toute la famille.