Incontinence anale : moins connue, mais plus dérangeante

Incontinence anale : moins connue, mais plus dérangeante

22 février 2016 Non Par Morel A.

Quand on parle d’incontinence, on a tendance à penser directement aux fuites urinaires. Alors certes, il s’agit du cas le plus fréquent, mais ce n’esttoutefoispas le seul. En effet, il existe également d’autres problèmes d’incontinence, comme l’incontinence anale (ou fécale). Celle-ci demeure en effet beaucoup plus dérangeante, mais reste encore aujourd’hui un sujet tabou. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on en entend peu voire pas du tout parler. C’est pourquoi nous vous en disons plus sur cette maladie, ses symptômes et son traitement.

L’incontinence anale : de quoi s’agit-il exactement ?

Comme son nom l’indique, l’incontinence fécale se traduit par une perte involontaire et incontrôlée de matières liquides, gazeuses ou solides à travers le rectum. Elle est dans la plupart des cas due à un problème de défaillance au niveau du sphincter anal. Toutefois, ses causes demeurent diverses : maladies neurologiques (Parkinson, Alzheimer, etc.), constipation répétée, séquelles d’une chirurgie, grossesse, etc. Pour en savoir plus concernant les différents facteurs causant une incontinence anale, cliquez-ici.

Comment se manifeste une incontinence anale ?

Il existe deux grandes formes d’incontinence anale ou fécale :

  • Incontinence passive:ici la personne ne ressent pas le besoin de se rendre aux toilettes, mais est victime de fuites anales.
  • Incontinence active : à l’inverse, la victime ressent un besoin urgent de déféquer,et n’a souvent pas le temps de se rendreaux toilettes. Celle-ci s’accompagne dans la majorité des cas d’une diarrhée et peut être très gênante.

Quel traitement pour l’incontinenceanale ?

Contrairement aux idées reçues, l’incontinence fécale peut très bien être traitée. Il existe même de nombreux types de traitements. Toutefois, ceux-ci varient en fonction de la cause de la maladie :

  • Des changements alimentaires devront intervenir au cas où le trouble proviendrait d’une constipation. Dans ce cas, il sera indispensable pour le malade de boire beaucoup d’eau et de s’orienter vers des aliments à forte composition de fibres.
  • Un traitement par médicament peut également s’avérer nécessaire. Ici, on privilégiera les suppléments de fibres,les antidiarrhéiques et les laxatifs.
  • La rééducation intestinale représente aussi un excellent moyen pour lutter contre la faiblesse du sphincter anal. Elle consiste notamment à adopter de meilleurs comportements pour avoir de nouveau le contrôle.
  • Enfin, on peut penser à la chirurgie au cas où le sphincter anal aurait subi des dommages qui aient contribué à sa défaillance.

Quelque soit votre problème, la première chose que vous devez faire est évidemment de prendre rendez-vous avec votre médecin, car seul lui pourra vous conseiller en fonction de votre problème d’incontinence.