syndic-de-copropriete

Tour d’horizon du service de gestion de copropriété

Un gestionnaire de copropriété a reçu un mandat des copropriétaires pour assurer la gestion d’un ou plusieurs biens immobiliers. Il s’occupe notamment du suivi administratif et des dépenses liées à l’entretien en recrutant des professionnels comme des plombiers ou des chauffagistes. Il se charge aussi du respect du règlement interne défini par les copropriétaires et contrôle l’état des parties communes comme le hall, les boîtes aux lettres, les couloirs ou les escaliers. Une fois par an, il réunit les copropriétaires en assemblée générale.

Les missions du chargé de gestion de copropriété

Pour la partie administrative, le chargé de service de gestion de copropriété est affecté dans un bureau, mais il doit se déplacer sur le terrain pour le suivi technique. Dans certains cas, il peut diriger une équipe de syndic, et son salaire est fixé pendant l’assemblée générale annuelle. Pour pouvoir exercer son rôle, il doit avoir des compétences en gestion et en droit immobilier. Le contact facile est aussi requis, tout comme des connaissances en management.

Les règles en matière de gestion de copropriété

Des devis et des factures détaillés doivent être remis par les entreprises chargées de l’exécution des travaux d’aménagement et de l’entretien. Cela sert à comparer les prix et de contrôler la qualité des prestations. Dans un souci de transparence,  l’assemblée générale des copropriétaires doit fixer une enveloppe au-dessus de laquelle le syndic doit obtenir l’aval du conseil syndical avant d’engager des dépenses.

La négociation et la comparaison des prix sont toujours de mise pour les divers achats. Le syndic doit alors mettre en concurrence les fournisseurs. Cela concerne aussi les prestations d’entretien. Un archivage et un classement des contrats est alors nécessaire pour constituer des références. Pour les primes d’assurance, qui peuvent connaitre des variations brutales, le gestionnaire de copropriété doit disposer de marges de manœuvre suffisantes en ayant sous la main des bilans.

Concernant toujours les assurances, le syndic peut parfois omettre de faire les déclarations des sinistres pour éviter des augmentations de prime ou par négligence. Le rôle du gestionnaire de copropriété est aussi de vérifier si toutes les déclarations ont été effectuées, car les indemnités même les plus modiques doivent être encaissées. Il s’occupe aussi d’adapter les tarifs d’eau, d’électricité et de chauffage en fonction des besoins réels.

En cas d’impayés, l’assemblée des copropriétaires met en place un protocole de recouvrement détaillant les délais de paiement, les possibilités d’échelonnement et les sanctions éventuelles. Le gestionnaire de copropriété est alors mandaté pour appliquer les dispositions prévues.

Tour d’horizon du service de gestion de copropriété

Un gestionnaire de copropriété a reçu un mandat des copropriétaires pour assurer la gestion d’un ou plusieurs biens immobiliers. Il s’occupe notamment du suivi administratif et des dépenses liées à l’entretien en recrutant des professionnels comme des plombiers ou des chauffagistes. Il se charge aussi du respect du règlement interne défini par les copropriétaires et contrôle l’état des parties communes comme le hall, les boîtes aux lettres, les couloirs ou les escaliers. Une fois par an, il réunit les copropriétaires en assemblée générale.

Les missions du chargé de gestion de copropriété

Pour la partie administrative, le chargé de service de gestion de copropriété est affecté dans un bureau, mais il doit se déplacer sur le terrain pour le suivi technique. Dans certains cas, il peut diriger une équipe de syndic, et son salaire est fixé pendant l’assemblée générale annuelle. Pour pouvoir exercer son rôle, il doit avoir des compétences en gestion et en droit immobilier. Le contact facile est aussi requis, tout comme des connaissances en management.

Les règles en matière de gestion de copropriété

Des devis et des factures détaillés doivent être remis par les entreprises chargées de l’exécution des travaux d’aménagement et de l’entretien. Cela sert à comparer les prix et de contrôler la qualité des prestations. Dans un souci de transparence,  l’assemblée générale des copropriétaires doit fixer une enveloppe au-dessus de laquelle le syndic doit obtenir l’aval du conseil syndical avant d’engager des dépenses.

La négociation et la comparaison des prix sont toujours de mise pour les divers achats. Le syndic doit alors mettre en concurrence les fournisseurs. Cela concerne aussi les prestations d’entretien. Un archivage et un classement des contrats est alors nécessaire pour constituer des références. Pour les primes d’assurance, qui peuvent connaitre des variations brutales, le gestionnaire de copropriété doit disposer de marges de manœuvre suffisantes en ayant sous la main des bilans.

Concernant toujours les assurances, le syndic peut parfois omettre de faire les déclarations des sinistres pour éviter des augmentations de prime ou par négligence. Le rôle du gestionnaire de copropriété est aussi de vérifier si toutes les déclarations ont été effectuées, car les indemnités même les plus modiques doivent être encaissées. Il s’occupe aussi d’adapter les tarifs d’eau, d’électricité et de chauffage en fonction des besoins réels.

En cas d’impayés, l’assemblée des copropriétaires met en place un protocole de recouvrement détaillant les délais de paiement, les possibilités d’échelonnement et les sanctions éventuelles. Le gestionnaire de copropriété est alors mandaté pour appliquer les dispositions prévues.