Zoom sur le métier : conducteur de bus

Zoom sur le métier : conducteur de bus

21 novembre 2017 Non Par Morel A.

 

Le métier de conducteur de bus consiste à transporter des passagers sur un itinéraire précis. Il peut être exercé dans le cadre de transports publics pour une collectivité territoriale (lignes urbaines régulières, service de transport scolaire etc.) ou pour le compte d’une société privée (location d’un bus avec chauffeur pour une excursion ou un déplacement spécifique).

Quels besoins pour devenir chauffeur de bus ?

En plus du permis D (transport en commun), une formation minimale obligatoire est exigée pour prétendre aux postes de chauffeur de bus. L’obtention d’un CAP de conduite routière ou de transport de voyageurs dispensera de cette formation minimale et donnera plus de chances d’être embauché. Certaines sociétés de transport proposent leur propre formation tel qu’un « Titre professionnel de conducteur du transport routier interurbain de voyageurs ».

Outre ces formations et validations, certaines qualités sont nécessaires pour exercer le métier de chauffeur. Tout d’abord, disposer de sang froid et de patience paraît capital pour pratiquer la conduite de bus au quotidien. Etant responsable de la sécurité de nombreux usagers, un certain niveau de concentration est exigé constamment. Sa responsabilité se joue aussi sur ses capacités à gérer la ligne : un incident au sein du bus qu’il conduit aura des répercussions sur l’ensemble de la ligne et impactera de nombreux passagers.

Le conducteur se doit donc d’être consciencieux tout en maintenant sa prudence. Il faut ajouter aussi la relation humaine avec les usagers des transports en commun qui constitue une part importante du métier (renseignement, vente de titre de transport, etc.).

Quelles conditions de travail pour les chauffeurs de bus ?

Le salaire de base d’un conducteur de bus avoisine le SMIC (près de 1 500€ brut). Etant généralement à des horaires décalés (dimanche, jour férié, nuit), de nombreuses primes peuvent s’ajouter à la rémunération. A titre, d’exemple, un conducteur à la RATP touche 1 847 € brut hors prime avec un 13ème mois.

Le développement des transports en commun de manière globale entraîne une nécessité de créer de nouvelles lignes de bus. Surtout dans les secteurs urbains, les débouchés pour devenir conducteur de bus sont donc croissantes. Les horaires parfois décalés freinent les candidats aux postes, il existe alors de nombreuses opportunités aujourd’hui !

En termes d’évolution, un chauffeur de bus pourra prétendre à devenir contrôleur, chef de ligne ou encore inspecteur. Au sein d’une collectivité, il sera également possible d’intégrer les services de gestion des transports.