Changement de fenêtres : quelles aides en 2022 ?

Changement de fenêtres : quelles aides en 2022 ?

15 février 2022 Non Par Morel A.

De nombreux dispositifs existent pour réduire la facture des Français qui engagent des travaux de rénovation destinés à réduire leur facture de chauffage. Quelques évolutions sont à signaler cette année, notamment dans les conditions d’éligibilité de la prime Rénov ‘.

Changer ses fenêtres pour améliorer l’isolation du logement

Le réaménagement des ouvertures, première source de déperditions énergétiques, est un des chantiers prioritaires à mener pour qui souhaite améliorer l’isolation de son logement. Or, changer ses vieux équipements au profit d’une fenêtre bois-alu ou PVC représente un coût non négligeable pour les ménages modestes qui subissent déjà de plein fouet la hausse du coût de distribution de l’électricité ou du gaz. Pour accélérer la transition écologique du secteur résidentiel, responsable de plus de 10% des émissions de CO2 en France, l’Etat déploie plusieurs années un florilège d’aides publiques et subventions à destination des particuliers.

A quoi et combien ont-ils droit s’ils choisissent de remplacer leurs fenêtres ?

La prime Rénov ‘ mise en place depuis deux ans en lieu et place de l’ancien crédit d’impôt pour la Transition Energétique (CITE) est sans doute le dispositif le plus connu du grand public. Son principal avantage par rapport à son prédécesseur réside dans sa quasi-instantanéité : il s’agit bien d’une prime versée dès la livraison du chantier, non pas d’un remboursement fiscal perçu par le bénéficiaire avec un an ou plusieurs mois de décalage.

Prime Rénov’ : l’ancienneté des logements éligibles passe à 15 ans

La prime est ouverte à tous, mais son montant est modulé en fonction du niveau de ressources et du nombre de personnes qui composent le foyer postulant. Un barème a été constitué selon une échelle de quatre couleurs qui correspond à autant de catégories de revenus, depuis les très modestes en « bleu » (un seuil de 20 500 euros annuels s’il s’agit d’un célibataire, 42 300 euros pour un couple avec quatre enfants), jusqu’aux très aisés en « rose » (79 000 euros pour un ménage de 4 personnes).

Pour un demandeur répertorié en « bleu », l’enveloppe grimpe à 100 euros par équipement. La prime descend à 80 euros pour un candidat jugé « modeste » (jaune), 40 euros pour un « intermédiaire » (violet). Le public « très aisé » n’est pas éligible à la prime pour ce type de travaux.

Rappelons que depuis 2022, seuls les logements construits avant 2007 (de plus de quinze ans) peuvent prétendre à la prime Rénov’ : jusqu’ici, l’aide était ouverte aux habitats de plus de deux ans.

Autre changement à venir : le programme spécifique MaPrimeRénov’ Sérénité, qui prévoit une prise en charge jusqu’à 50% des travaux engagés par les ménages très modestes (30% pour les « modestes »), à condition que le chantier aboutisse à un gain énergétique de 35%, sera cumulable à partir de juillet 2022 avec le certificat d’économie d’énergie (CEE) délivré par les opérateurs EDF ou Engie.

Parmi les autres solutions à mobiliser, l’éco prêt à taux zéro permet de débloquer des fonds bancaires sans paiement d’intérêts afin de financer des rénovations, dont le remplacement de fenêtres.