Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Téléassistance, sans jamais oser le demander

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Téléassistance, sans jamais oser le demander

30 mars 2016 Non Par Morel A.

Aujourd’hui, 90% des Français veulent rester le plus longtemps possible chez eux. L’adaptation de la société Française au vieillissement de sa population et donc devenue une priorité. Cette prise de conscience est d’autant plus importante que d’ici 2035, 1 tiers des Français aura plus de 65 ans.

De nombreux nouveaux dispositifs ont vu le jour afin de répondre au mieux à cette (pas si) nouvelle problématique. D’autres sont dans l’obligation de s’adapter à cette évolution de la société. En tête de liste : les systèmes de téléassistance.

Petit historique de la téléassistance

Pionnier dans le domaine du maintien à domicile, la téléassistance, ou téléalarme comme elle était appelée à l’époque, est apparue en France au début des années 80. Les médaillons et bracelets à actionner en cas de problème (chute ou malaise) ont été pendant longtemps les seuls systèmes disponibles sur le marché. Ces derniers permettaient  de rentrer directement en contact avec les services d’urgences (sapeurs pompier ou médecins urgentistes). C’est seulement depuis quelques années que le secteur de la téléassistance se modernise et que des innovations apparaissent comme par exemple les systèmes de détection automatique de chutes et de malaises sans rien à porter ou à actionner.

Bien choisir sa téléassistance, c’est important !

En effet, le système de pendentif est  souvent rejeté par les personnes âgées car elle rend visible ce qu’elles considèrent être une faiblesse. Au-delà de la stigmatisation qu’ils semblent instaurer, ces systèmes sont également d’une efficacité relative en cas de malaise ou de chute entrainant une perte de conscience.

Le choix d’une téléassistance adaptée est donc important et ne doit pas être pris à la légère. Il est primordial de bien comprendre les besoins de la personne à équiper afin de pouvoir répondre au mieux à ses attentes et lui assurer de continuer à vivre sereinement, et le plus longtemps possible, dans son domicile. « Est-elle encore active ? Va t’elle souvent dehors ? Les visites sont-elles fréquentes ? etc… », sont autant de questions que vous pouvez vous poser et qui vous guideront dans le choix de votre téléalarme.

Les différentes aides pour souscrire à un système de téléassistance

C’est bon, votre choix et fait et la décision est prise.

Vous voilà confrontés à un dernier obstacle : le coût. Souscrire à un système de téléassistance peut, de prime abord, vite sembler onéreux. C’est une idée reçue. La plupart de ces dispositifs bénéficient de l’agrément SAP (service à la personne). Cet agrément permet à la personne qui souscrit de bénéficier à la fin de l’année, d’une réduction d’impôts de 50% sur la totalité du montant consacré à des prestations de service à la personne sur l’année. Pour faire simple, si vous payez 300€ de téléassistance dans l’année, 150€ seront déductibles des impôts.

Cet agrément permet également une possible prise en charge financière par les caisses de retraites, mutuelles, conseils généraux, etc… Tous ces organismes peuvent, dans une certaine mesure, prendre en charge une partie de votre téléassistance.

Pour exemple, la CARSAT peut offrir une aide équivalente à un montant de 200€/an.

Les conseils généraux ou de communes peuvent, quant à eux, contribuer en vous proposant le système de téléassistance qu’ils auront sélectionné, ou vous octroyez des subventions spécifiques.

L’APA (l’allocation personnalisée à l’autonomie) est également d’une grande aide dans ces cas de figures. Elle est destinée à financer un grand nombre de services à la personne ou besoins relatifs à l’adaptation du logement. L’aide dépend du GIR (entre 1 et 4) et des revenus de la personne. Le dossier est disponible auprès de votre mairie, centre communal, CLIC ou CCAS.

Voilà, vous savez tout (ou presque !) sur les systèmes de téléassistance. Un dernier petit conseil pour la route : si vous souhaitez souscrire à l’une d’entre elles, n’hésitez pas à faire les démarches administratives concernant les éventuelles aides, au plus vite car les délais de dossier sont souvent longs.