Le CBD est-il addictif ?

Le CBD est-il addictif ?

5 novembre 2020 Non Par Morel A.

Compte tenu de ses rapports avec le cannabis ou le chanvre, le cannabidiol, plus connu sous l’abréviation CBD, soulève de nombreuses questions, dont : « est-il addictif ? » Comme son cousin, le THC, beaucoup se demandent sur la nature addictive du CBD. Est-ce qu’il rend dépendant ? Cette question reste d’actualité même après des années d’adoption de cette substance. Répondons à cette question dans cet article.

Est-ce qu’on peut devenir physiquement et/ou psychologiquement dépendant au CBD ?

Pour savoir si le CBD est addictif, il faut d’abord s’intéresser à son fonctionnement ou à son mode d’action sur l’organisme. Le CBD n’est qu’un des centaines de cannabinoïdes présents dans la plante de chanvre. Les deux cannabinoïdes les plus connus sont le THC et le CBD. Ces substances interagissent avec le corps grâce aux récepteurs à cannabinoïdes présents dans le système nerveux central. Une fois activés, ces récepteurs vont favoriser un état d’euphorie. C’est ce qui se passe quand on consomme du THC. 

Mais, contrairement à ce dernier qui va se fixer et activer les récepteurs à cannabinoïdes, le CBD n’a que très peu d’effet sur ces derniers, et donc sur les fonctions du cerveau. On dit qu’il n’a pas d’effet psychoactif. Au contraire, il va agir comme un antagoniste des récepteurs AB1. Il va diminuer la sensation d’euphorie due à leur activation. Voilà pourquoi des études cliniques sont en cours pour démontrer l’utilité du CBD en tant que traitement contre les addictions.

Le CBD active les récepteurs à adénosine, liés à la production de sérotonine, la fameuse hormone du bonheur. Ceci entraîne un effet positif sur l’humeur, ainsi que des effets anxiolytique et antalgique, utiles en cas de douleurs, d’anxiété ou d’angoisse.

Si d’un point de vue physiologique, le CBD ne produit pas d’état euphorique comme c’est le cas avec la prise de substance psychotrope comme le THC, aucune étude n’a encore permis de démontrer médicalement une éventuelle dépendance psychologique au cannabidiol. Mais, il faut rester prudent sur ce sujet. En effet, le cerveau peut parfois nous jouer des tours en créant des dépendances psychologiques aux jeux vidéos, aux jeux de hasard, et même au chocolat. Si vous prenez l’habitude de vapoter du CBD tous les soirs avant de dormir pour retrouver le sommeil, vous pourriez développer une certaine dépendance psychologique à travers le geste.

Un moyen d’éviter de tomber dans la dépendance psychologique au CBD est de ne pas ritualiser sa consommation. Il ne faut pas entrer dans une routine en consommant tous les soirs, tous les matins, etc. D’autre part il faut savoir trouver une bonne boutique de CBD avec des produits de qualité et dont le taux de THC est minimum.

Le CBD n’est ni addictif ni nocif pour la santé

Passé inaperçu jusqu’à la publication des recherches réalisées par le Docteur Raphael Mechoulam en 2017, le CBD a attiré depuis l’attention du monde, y compris les organismes internationaux dont l’Organisation Mondiale de la Santé.

Un comité d’experts de la pharmacodépendance de l’OMS s’est réuni du 6 au 10 novembre 2017 à Genève pour étudier le CBD. Dans son rapport publié mi-décembre, celui-ci affirme que le CBD n’est pas addictif et ne produit aucun effet psychoactif. A ce titre, il n’est pas considéré par comme une drogue selon les Conventions internationales relatives au contrôle des drogues des Nations Unies.

Au contraire, l’OMS reconnaît le potentiel thérapeutique du cannabidiol. Ce dernier a effectivement une action positive dans le traitement de l’épilepsie et d’autres maladies.

Depuis la publication de ce rapport, le CBD est entré dans une nouvelle étape de son histoire. Celui-ci a effectivement conduit à sa popularisation.